Archives par mot-clé : en-avant

NOUVELLES DU CIMETIÈRE

Une nouvelle réunion s’est tenue ce jour 22 janvier 2020 à St Michel en présence de Mr REY expert du BRGM, de Mr Genoux représentant la DDTM2B et en présence d’un géomètre de la société SYBELLA qui traite notamment les sinistres de la Collectivité de Corse. La municipalité était représentée par le maire Paul Battesti et 2 membres du conseil municipal. Cette réunion demandée par la DDTM ( ex DDE) avait pour but de montrer au géomètre mandaté l’état du cimetière afin de placer debut février des marques et des témoins et voir régulièrement ou en est le glissement de terrain. Tous les 2 mois ces témoins seront contrôlés et une décision définitive sera prise en fonction des résultats. Mais il faut savoir et l’expert est formel cela demandera encore du temps ( 2 ans minimum). Pour lui les sinistres liés aux glissements de terrain sont longs à être réglés car il est extrêmement difficile de savoir ce qui se passe exactement dans le sous sol et par consequent il demande à la population de la patience afin d’être sur du diagnostic final et des travaux à effectuer. Comme prévu au mois d’octobre un rapport public a été donné a la municipalité. Il contient l’ensemble du dossier »cimetière » avec tous les éléments techniques et les recommandations préconisées par le BGRM. Il est consultable à la mairie de Nocario.

TEMPI FÀ

Aimablement prêtées par Charly et Victor Marcelli quelques photos anciennes de figures du village peut être inconnues pour les jeunes générations mais qui rappelleront bien des souvenirs à beaucoup d’entre nous. Si certains se reconnaissent sur les photos, qu’ils nous le signalent. Nous complèterons les légendes.

Pluie et vent

L’ automne aura été marqué côté météo par des périodes de grand vent et des pluies abondantes comme ces jours ci ou les ruisseaux descendant du San Pedrone se sont transformés en véritables torrents. En contrepartie il ne fait absolument pas froid annoncant un noël au balcon. Joyeuses fêtes de fin d’année à vous tous.

Sainte Barbe, entree dans l’hiver

Fidèles à leurs traditions, les habitants de Nocario se sont retrouvés pour célébrer leur sainte protectrice dans la chapelle qui porte son nom, au milieu du village. Ces rites immuables qu’accompagne le Père Piotr, assisté de Charly Marcelli, rassemblent les villageois dans une fraternité qui les unit et resserre les liens. Une forme de piété populaire qui permet, sans passer pour des zélateurs excessifs, d’exprimer une foi personnelle et profonde, la même qui animait nos ancêtres, porteurs comme nous aujourd’hui de la statue de la sainte, dans une modeste procession qui, pour une part, nous sanctifie nous aussi.

Sainte Barbe ou Barbara, selon la tradition, parce qu’elle refusait en tant que chrétienne d’adorer l’empereur, fut assassinée dans le cirque de Nicomédie en 235, et son bourreau fut aussitôt frappé par la foudre. C’est pourquoi tous ceux qui ont à maîtriser le feu, artificiers, artilleurs, sapeur-pompiers, la considèrent comme leur patronne. On l’invoque pour se protéger de la foudre dont on sait les colères funestes dans nos montagnes. Les chants et les prières de ce jour de décembre participeront sans doute à notre protection.

AUTOMNE

L’automne touche à sa fin et nous allons bientôt rentrer dans l’hiver. Il a beaucoup plu durant le mois de novembre et le vent a souvent soufflé en tempête. Noël va arriver à grands pas avec la première farine et sûrement les premiers froids. Jusqu’à présent les températures sont clémentes et le calme règne au village si ce n’est quelques artisans qui mettent un peu d’animation en semaine. Les travaux de drainage de l’eau qui longe le cimetière se poursuivent.

Saint martin fêté malgré le temps maussade

Bien que l’été de la Saint Martin ait la réputation d’offrir quelques belles journées du 1er au 11 novembre, cette année pour le jour de sa fête, le 11 novembre, pluie et vent étaient au rendez-vous. Cela a peut-être un peu découragé les fidèles, pourtant une quinzaine de personnes se sont rassemblées pour cette célébration automnale autour du curé de l’ensemble inter-paroissial de Folelli, le Père Piotr Swider. Un petit goûter a comme d’habitude été offert aux participants dans la salle des fêtes de Saint Michel.

PREMIERS FRIMAS

Il a neigé dans la nuit du 8 au 9 novembre sur le San Pedrone. A peine quelques centimètres qui ont quand même rafraîchi l’atmosphère. La récolte des châtaignes est terminée, place au séchage. Il faudra attendre encore avant de déguster la première pulenda. L’hiver arrive.

DRAINAGE DE L’EAU de ruissellement autour du cimetiere.

Comme cela avait été conseillé par l’expert géologue lors de sa dernière visite, la commune procède actuellement au drainage de l’eau de ruissellement qui s’écoule au pied du cimetière et qui peut être susceptible de s’infiltrer sous le sol qui supporte différentes tombes. En attendant le rapport qui va indiquer les travaux a effectuer pour stabiliser l ancien cimetière.

Les travaux de drainage ont commencé.
Le drainage du ruissellement permettra d’éviter le creusement des sols du cimetière.

Les potagers de nocario

Au coeur de nos villages de Castagniccia, lorsque les yeux se portent alentour, sous le maquis, chacun distingue les étages de culture soutenus par des murets, patiemment édifiés pierre à pierre par les anciens. La végétation, le passage des animaux divaguants, ont démoli une bonne part de ces murailles qui avaient aidé les ancêtres à redresser les pentes pour rendre la terre apte à la culture, et permettre à la population de croître, au point d’accueillir au XIXe siècle, dans l’étage entre 600 et 700m, près de 150 habitants au km2 (Recensement de l’année 1872).
C’est toujours avec une certaine nostalgie qu’en scrutant les flancs des collines on les imagine riches de champs, de vergers, de vignes et de potagers, d’autant que dans chaque famille des grands-parents ont raconté leur enfance, et l’abondance sans doute exaltée par le regard de la jeunesse, mais difficile à mettre en doute. Irriguée par les nombreux torrents et sources, rendue plus docile par le travail des hommes, la terre offrait la vie.
Ceux des habitants qui peuvent demeurer en permanence ou pour de longs séjours dans les villages, sont tentés par ce rêve ancien, encouragés par la méfiance actuelle à l’égard de l’industrialisation de l’agriculture et de l’alimentation, le souci d’une nourriture saine, fraîche et goûteuse, issue de nos mains et non de lointaines usines.
Quelques habitants de Nocario tentent de faire revivre ces potagers de leur enfance, plus pour le plaisir d’effleurer un plant de tomate et en exhaler le vert parfum que vraiment pour se nourrir, mais aussi pour accomplir un geste essentiel, celui de se pencher vers le sol ou s’élabore silencieusement la sève primordiale dont dépend toute existence humaine.
En hommage à ces poètes, nous avons voulu visiter leurs jardins, petits ou grands, modestes ou plus ambitieux, soignés ou plus négligés, et vous en offrir quelques images, bien figées et imparfaites en regard des changements qu’offre leur contemplation en lumières, couleurs formes et parfums, espérant ainsi susciter d’autres envies de légumes, de fruits et de fleurs.

A suivre …