Archives de catégorie : vie rurale

Le vieux moulin

Nombreux sont les jeunes de la commune à avoir connu comme lieu de baignade estivale l’onde assez large et profonde pour tenir lieu de piscine, située sur le San Fiumento un peu après le confluent du Vallon de Tigliola, et qu’on peut atteindre par la route dans la courbe du grand lacet sous le cimetière de Verdese, ou à pied par le « sentier des arbres », rive droite. Le promeneur peu attentif ne verra peut-être pas les deux arches enfouies sous la végétation, et peut-être même, s’il les découvre, ne saura-t-il pas quelle était leur raison d’être, au bord d’un torrent, si loin de de toute habitation. Il est vrai que le lieu est connu de tous sous le nom de « Moulin ». Mais alors, si cette bâtisse en ruine était un moulin, comment fonctionnait-il, et à quoi servait-il ? S’approcher des arches, examiner la construction nous ramène à une époque ancienne, peut-être le début du XVIIIe siècle, et nous incite à comprendre les raisons des efforts de nos prédécesseurs pour mettre en œuvre de tels dispositifs.

Au cœur de la châtaigneraie, on doit se remémorer toute la place de la châtaigne dans l’économie de notre région jusqu’aux grandes années de l’exode rural qui vida la Castagniccia de ses habitants et provoqua l’abandon des activités agricoles intenses qui assuraient alors la vie des villageois. Si l’on interroge les septuagénaires de nos jours, beaucoup se souviennent du temps de préparation de la récolte, et du travail éprouvant du stockage des fruits dans le séchoir, de la nécessité de brasser ces énormes quantités pour favoriser une dessication uniforme, de la préparation des châtaignes une à une pour les trier afin de conserver les plus dures et les plus claires pour en faire la farine indispensable à la nourriture des familles. Pour passer de la châtaigne séchée et décortiquée à la farine, il faut un moulin, d’une taille suffisante pour traiter les quantités nécessaires à des centaines d’habitants. Avec l’équipement électrique de la Corse, cette énergie a remplacé l’énergie hydraulique qui pendant tant de siècles a aidé le travail des castanéiculteurs.

Le moulin dont nous parlons appartient à Paul Battesti, le maire de Nocario, qui nous apprend que bien qu’abandonné aujourd’hui, ce lieu a été actif jusqu’en 1947. Grâce aux souvenirs de Paul Battesti, et aux travaux d’un historien des moulins, Jean-Pierre Henri Azéma, auteur d’une étude sur les moulins de Corse dans la revue « Le monde des moulins » n°28 d’avril 2009, il est possible d’avoir une idée assez précise du fonctionnement d’un moulin, et d’identifier dans les vestiges actuels les réalités d’une activité passée mais si importante dans la culture des habitants de l’Orezza, particulièrement.

Notre moulin est un moulin à rodet (ou rouet), dont la roue horizontale entraîne un axe vertical afin de mouvoir à l’étage supérieur la partie tournante d’une meule de schiste dur ou de granite qui réduit les châtaignes en une fine farine en les écrasant sur la partie gisante de la meule. Le meunier doit veiller au bon réglage de la rotation, à la qualité des châtaignes qui, trop molles, « collent » la meule et empêchent son bon fonctionnement, à l’alimentation par la trémie de la meule qui tape sur la meule gisante lorsqu’il manque des châtaignes, un frottement pouvant aller jusqu’à un très brûlant échauffement. Le moulin à rodet est plus simple et plus économique que le moulin à roue à aubes à axe horizontal, mais doit bénéficier d’une hauteur de chute de 4m pour assurer une pression suffisante au niveau du canon dont le jet propulse les cuillères de la roue hydraulique. A l’étage supérieur, une cheminée permet de chauffer le local pour le confort du « mulinaru » et pour conserver une température suffisante pour la mouture des châtaignes.

Paul raconte qu’une année, pendant la dernière guerre, à Noël, le meunier avait voulu assister à la messe de Minuit à Verdese, et pour ce faire, avait rempli la trémie, ce qui lui donnait le temps de fêter religieusement Noël. Mais après la messe, le plaisir de partager un verre au bar avec les villageois lui fit oublier que la trémie pendant ce temps-là se vidait de ses châtaignes. La meule se mit à chauffer, enflamma la farine et les parties en bois du moulin qui fut dévoré par les flammes.

Il était indispensable de le reconstruire. On coupa les troncs nécessaires pour les poutres, on acheta à Galeria des meules neuves, et une fois les poutres sèches et prêtes à être utilisées, le propriétaire du moulin, le père de Paul, lança une « chiama » à Verdese, c’est à dire un appel collectif pour aider à la reconstruction de l’édifice. Par mégarde, il oublia de faire appel à l’un des hommes du village, qui était pourtant parmi les plus vigoureux.

Le lendemain, lorsque tous ceux qui avaient été sollicités se présentèrent au moulin, grande fut leur surprise de voir que la poutre faîtière, la plus lourde et la plus difficile à mettre en place, avait été installée dans la nuit. C’était celui qui avait été « oublié » par le père de Paul qui, vexé, avait tout seul accompli cet exploit. Le père de Paul comprit qu’il avait commis un impair, et qu’il ne lui restait plus qu’à aller trouver cet homme et lui présenter ses excuses.

L’histoire du villageois oublié, racontée par Paul lui-même.

Les quelques photos qui suivent proviennent d’une visite récente de la ruine. Nous nous efforçons de commenter ces images pour essayer de comprendre ces vestiges.

Les deux voûtes, salles abritant les deux roues hydrauliques sont à peine visibles sous la végétation
à l’intérieur de la salle aval, on peut encore voir le canon à eau dont la pression faisait tourner la roue horizontale
Dans cet orifice devait se loger la banque qui soutenait la roue
Le canon à eau
Dans la salle inférieure amont, encore moins de vestiges
L’entrée de l’étage supérieur qui abritait les meules
Le toit du moulin s’est complètement effondré
Les restes de la cheminée qui chauffait le moulin
L’orifice dans le plancher qui permettait le passage de l’axe d’entraînement
Sous les débris du bâtis, on distingue la meule gisante. L’autre meule a été mise à l’abri chez Paul Battesti
Cette pièce métallique est sans doute la bride qui permettait d’entraîner la meule tournante
Une porte supérieure suppose l’existence de combles, peut-être pour le stockage
Ce dessin, bien que ne représentant pas le moulin de NOCARIO, donne une idée juste du fonctionnement d’un moulin à rodet. En cliquant sur l’image, vous serez renvoyé à un article de blog sur les moulins à rodet (ou rouet) de Gascogne.

Pour consulter l’article de Jean-Pierre Henri Azéma sur les moulins de Corse, suivre le lien suivant :

Cet article décrit un état des moulins à châtaignes en 2008 et donne de nombreuses informations sur la castanéiculture. On y trouvera une carte de la répartition du châtaignier et des moulins en Corse, dont la majorité sont en Castagniccia.

Les potagers de nocario

Au coeur de nos villages de Castagniccia, lorsque les yeux se portent alentour, sous le maquis, chacun distingue les étages de culture soutenus par des murets, patiemment édifiés pierre à pierre par les anciens. La végétation, le passage des animaux divaguants, ont démoli une bonne part de ces murailles qui avaient aidé les ancêtres à redresser les pentes pour rendre la terre apte à la culture, et permettre à la population de croître, au point d’accueillir au XIXe siècle, dans l’étage entre 600 et 700m, près de 150 habitants au km2 (Recensement de l’année 1872).
C’est toujours avec une certaine nostalgie qu’en scrutant les flancs des collines on les imagine riches de champs, de vergers, de vignes et de potagers, d’autant que dans chaque famille des grands-parents ont raconté leur enfance, et l’abondance sans doute exaltée par le regard de la jeunesse, mais difficile à mettre en doute. Irriguée par les nombreux torrents et sources, rendue plus docile par le travail des hommes, la terre offrait la vie.
Ceux des habitants qui peuvent demeurer en permanence ou pour de longs séjours dans les villages, sont tentés par ce rêve ancien, encouragés par la méfiance actuelle à l’égard de l’industrialisation de l’agriculture et de l’alimentation, le souci d’une nourriture saine, fraîche et goûteuse, issue de nos mains et non de lointaines usines.
Quelques habitants de Nocario tentent de faire revivre ces potagers de leur enfance, plus pour le plaisir d’effleurer un plant de tomate et en exhaler le vert parfum que vraiment pour se nourrir, mais aussi pour accomplir un geste essentiel, celui de se pencher vers le sol ou s’élabore silencieusement la sève primordiale dont dépend toute existence humaine.
En hommage à ces poètes, nous avons voulu visiter leurs jardins, petits ou grands, modestes ou plus ambitieux, soignés ou plus négligés, et vous en offrir quelques images, bien figées et imparfaites en regard des changements qu’offre leur contemplation en lumières, couleurs formes et parfums, espérant ainsi susciter d’autres envies de légumes, de fruits et de fleurs.

A suivre …

L’hélicoptère d’EDF à la recherche de la panne

Durant ce week end d’intempéries la commune a été privée d’électricité durant de longues heures en raison de chutes d’arbres sur les lignes électriques obligeant les agents EDF à survoler la région en hélicoptère a la recherche des lignes endommagées. Survolant à très basse altitude les maisons il semblait meme s’être posé sur l’une d’entres elles. Illusion d’optique !!!!!!!!

hélicoptère sur le toit
L’hélicoptère semble s’être posé sur le toit d’une maison

La toile de Marinette

De nombreuses familles de notre village recèlent dans leurs tiroirs ou leurs greniers de véritables trésors. Il ne s’agit ni d’or ni d’argent, ni de pierres rares, mais d’objets témoignant du patient travail des ancêtres, dont la valeur n’est pas commerciale, mais digne d’un grand respect, tant ces « objets inanimés » nous renseignent sur ce que pouvaient être les vies des anciens habitants de notre village.

Marinette présente les pièces de lin qu’elle conserve précieusement

Lorsque Marinette Carbuccia, 97 ans et toujours bon pied bon œil, fait partager la pulenda à ses convives,  on renverse la bouillie brûlante de farine de châtaignes sur une toile de lin blanc. Selon Marinette, ce linge a été tissé avant sa naissance, par sa grand-tante Irène, la soeur de son grand père.

Les fibres serrées de la pièce de lin

Plus respectable encore, les fibres  qui composent ce linge viennent du lin planté, récolté, roui et teillé à Nocario, à une époque où nombre de villages de Castagniccia vivaient presque en autarcie.

L’évocation de l’histoire de cette modeste pièce de tissu a réveillé dans le cœur de Marinette le souvenir de celle qui la tissa, Tante Irène, que Mme  Carbuccia porte haut dans son affection et sa reconnaissance, car comme cela arrivait dans les familles, cette grand-tante n’eut « jamais le temps de se marier », bien qu’un prétendant l’ait attendue toute sa vie. C’était elle qui s’occupait de ses 6 neveux et nièces pour permettre à la famille d’assumer tous les travaux de subsistance. C’est d’ailleurs en honneur de cette femme remarquable que l’une des filles de Marinette porte son nom.

Le bassin où se faisait le rouissage est depuis longtemps comblé. Marie-Noëlle, nièce de Marinette, possède encore le rouet qui servait à filer les fibres de lin.

L’ancien rouet

Avec ces quelques pièces de tissu, c’est tout ce qu’il reste de cette activité de tissage dont on admire aujourd’hui le savoir-faire villageois. Avoir sur cela un regard attentif et reconnaissant est bien le moindre remerciement qu’on peut exprimer aujourd’hui, où si l’on est dans de beaux draps, ce ne sont plus ceux fabriqués par les mains fortes, expertes et patientes de nos ancêtres.

 

Souvenirs de Solane

Eau et lumière

S’il est un bâtiment bien connu des habitants du village de Nocario, hormis les trois chapelles et l’église pievane de Saint Michel, c’est la grande maison blanche solitaire bien assise au bord de la route qui mène au hameau de Celle e Petricaggio, à moins de deux cents mètres de la mairie, une fois dépassé le cimetière communal. Sa blancheur exacerbe la lumière du soleil dont elle capte les rayons du matin au soir en raison d’une exposition plein sud qui n’est d’ailleurs pas le seul privilège dont son emplacement profite. Juste au-dessus de la maison, les habitants d’Erbaggio, lorsque l’eau courante n’alimentait pas le hameau, venaient puiser l’eau fraîche à la fontaine dite « Erbalinca », une eau propice à l’irrigation des jardins et de la maison de Solane, la bien-nommée, qui aura été du milieu des années 30 au début des années 70 le florissant commerce où plusieurs générations ont cueilli les multiples souvenirs d’un lieu de rencontre et de vie villageoise.

Trois générations pour un commerce

Robert Stefani, propriétaire aujourd’hui de la maison avec sa sœur Janine et son cousin François-Mathieu, fils de Martin, nous rappelle que c’est son arrière-grand-père, Ours-Jean Stefani, natif de Carcheto, qui en 1878 épousa en seconde noce une fille de Petricaggio, Jeanne-Marie Estelle Giovanni, dont la famille possédait les terres de Solane. C’est lui qui édifia le grataghiu que l’on voit encore aujourd’hui, et en 1888 deux pièces de la maison actuelle dont une pièce à vivre, dans la tradition du pays d’Orezza, avec fugone et claie de séchage, (a grate), feu ouvert qui couvrait les murs d’une épaisse et brillante couche de suie.

Ours-François STEFANI, né en 1878

Le grataghiu construit par Ours-Jean est le début d’une activité commerciale qui allait durer jusqu’en 1972. Un accident prive son fils, Ours-François, de la vue, ce qui contraint Charles-Marie (Carlu-Maria) à succéder à son grand-père à l’âge de dix-huit ans, son frère Ours Jean étant déjà instituteur et ses autres frères, Mathieu, Martin et Benoît encore trop jeunes pour cela. Carlu-Maria épouse Marie-Cécile (Cicilia), native de Pastoreccia.

Cicilia e Carlo Maria en 1964

Ils auront 5 enfants, tous nés dans cette maison : Ange Francois (Fanfan), Pascal, Marie, Janine et Robert, qui nous confie aujourd’hui le souvenir de Solane. Ours Jean, l’instituteur, est en charge de la gestion, Carlu Maria s’occupe de la boulangerie et des travaux extérieurs, Benoît, époux de Louisette Doria native de Petricaggio, de la boucherie. Félicité, leur soeur, jusqu’à son mariage, puis Cécile, sont à la vente.

Marie, dite « Many », institutrice du village pendant quelques années

Cette famille va animer un commerce qu’aucun des nocariais ayant vécu à cette époque, y compris les habitants occasionnels des mois de vacances, ne peut avoir oublié.

On trouve tout à Solane

La seule photographie de la boutique en possession de Robert. Janine, sa soeur.

Les activités commerciales sont nombreuses :  outre la

L’entrée actuelle de l’ancienne boulangerie

boulangerie et la boucherie, on trouve au magasin de l’épicerie, de la papeterie, de la confiserie, de la droguerie, de la parapharmacie, de la parfumerie. On peut se fournir en vêtements, en chaussures, et en matériaux de construction et quincaillerie. De plus, il est fréquent de rencontrer des habitués de la buvette, tant il est agréable de partager un pichet de vin sous la tonnelle, car on vend également des vins et des spiritueux.

Benoît et son chien. A l’arrière-plan, les fûts de fioul destinés au chauffage du four à pain.

La 2CV des Stefani avec en arrière-plan la Renault « Prairie » qui permettait d’assurer les tournées

Une Renault « Prairie » (il y en eut plusieurs pour assurer la continuité du service) sert à assurer la distribution du pain dans une grande partie du canton d’Orezza (Orezza subrana) jusqu’à Carcheto. On cuit 300 pains de 750 g chaque jour. Benoît se fournit en bêtes de boucherie dans toute la Haute-Corse. Il faut aussi assurer la subsistance des familles, nombreuses, et de tous ceux qui travaillent et vivent à Solane : deux boulangers, un jardinier, André, un enfant de l’assistance publique accueilli dans la famille, et dix ramasseurs de châtaignes lorsque vient la saison. On loge tout ce monde dans les 20 pièces de la maison, le jardinier vient tous les jours à pied de Polveroso pour cultiver le potager, on tue huit cochons chaque année pour les besoins des habitants de Solane.

Crédit n’est pas mort pendu

Couverture du cahier de jour des mois de juin et juillet 58

Une page du cahier de jour où sont consignés les ventes quotidiennes

Le calcul du prix de vente des marchandises transportées depuis Bastia par un petit camion Renault ou par l’entreprise Marcelli est très simple. On ajoute au prix d’achat 10%, soit 2% pour le transport et 8% pour le bénéfice. Le panonceau désormais désuet « la maison ne fait pas de crédit » n’a aucune raison d’être à Solane. Au contraire, le crédit est le mode de paiement quasi systématique. Beaucoup de clients sont pensionnés, et c’est en fin de mois, lorsque parvient la pension, que le compte de tout ce qui a été acheté est présenté au débiteur, qui règle sa dette, s’il le peut, ou propose une compensation sous forme de services, comme des jours de labour, ou par un troc quelconque. Cela exige une patiente et minutieuse tenue d’un cahier de jour où sont notés tous les articles vendus et à quelle personne, et le report dans un livre de compte où chaque débiteur a sa fiche de dépense, mois par mois.

Le cahier de comptes où les dépenses de chaque client sont répertoriées, mois par mois.

Reste à présenter l’extrait du livre de compte au client lors du règlement. Chacun peut imaginer l’ensemble du travail d’écriture auquel étaient contraints ceux qui en avaient la charge …

Nostalgia

Lorsque Carlu-Maria Stefani mourut en 1973, à l’âge de 71 ans, ses plus jeunes enfants, Robert et Janine, les seuls qui auraient pu alors envisager une continuité à l’activité, ne voyaient pas d’avenir à ce commerce, la vie de la commune ayant suivi l’évolution de la démographie, de l’économie et des mœurs. Le magasin de Solane a cessé d’ouvrir son comptoir, de chauffer le four de la boulangerie, de couper la chair des animaux sur le billot de bois. Il reste la grande maison blanche éblouissante sous le soleil, confortable, et embellie par les descendants de la famille Stefani, dans le silence paisible d’une nature où l’on se prend à rêver d’une vie nouvelle, riche d’enfants, de travail et d’abondance.

Une amélioration sur le composteur conçu par Pantaléon Alessandri

Afin de le récupérer plus facilement  lorsque la décomposition a transformé les déchets végétaux en humus, une partie basse amovible fixée par des vis papillons autorise l’accès au compost mûr.

Photos Pantaléon Alessandri

Un beau reportage sur TF1 sur la cueillette des chataignes

Mardi 1er novembre lors du journal télévisé de 13h sur TF1 a été diffusé un beau reportage sur l’automne et la cueillette des châtaignes à Pietriccagio chez Paul Battesti. En raison du droit de propriété des oeuvres audio visuelles, nous ne pouvons pas mettre la vidéo en ligne sur notre site.

Une carrière d’amiante abandonnée

Au pied du San Petrone, à proximité de la chapelle San Pietro d’Accia, subsistent les ruines d’une ancienne carrière d’amiante exploitée jusqu’au début du siècle dernier. C’est cette présence d’amiante « tigliu » en langue corse, qui a donné son nom au vallon de Tigliola et à la fontaine bien connue des Nocariais.

Les vestiges témoignent d’une activité relativement importante : extraction, transport, logement des ouvriers et peut-être bâtiment administratif. Sans doute des ancêtres des habitants d’aujourd’hui ont-ils travaillé, et sans doute durement, dans ce lieu témoin d’une ancienne activité industrielle.

L’amiante, connu pour ses qualités isolantes, a beaucoup été utilisé dans le bâtiment, jusqu’à ce que l’on admette qu’il était à l’origine de très nombreux décès, et totalement interdit. Il existe certains dangers liés à l’amiante environnemental. Voir cet article de Corse Net Infos.

La carrière en question avait depuis longtemps cessé d’être exploitée, sans doute faute d’être encore rentable.

 

L’ancêtre

Parmi les châtaigniers centenaires de la Castagniccia, notre village en possède un exemplaire remarquable par sa taille : c’est
u castagnu di u rutaghiu situé dans les environs de la fontaine de Duie Piane et dont la circonférence atteint les 10 mètres.